r

Naples et la côte Amalfitaine : Voyage du 30 avril au 7 mai 2015

Ce séjour ouvre le bal avec la découverte de cette Campanie heureuse, ce jardin luxuriant si prisé des riches romains dans l’Antiquité, cette montagne vertigineuse qui vient tomber dans la mer du côté d’Amalfi, les îles paradisiaques du golfe de Naples, et l’ombre toujours menaçante du Vésuve seigneur des lieux.
La côte Amalfitaine offre un terrain d’aventure sans fin aux randonneurs : d’invraisemblables sentiers en balcons relient entre eux les villages et ports de la côte, franchissant les canyons les plus improbables, traversant des forêts à la végétation parfois subtropicale, s’élevant sur des plateaux d’altitude où des corniches en suspension sur le vide…
Des noms célèbres ponctuent cette côte entre Sorrente et Salerne : Positano, Amalfi, Vietri sont les plus connus.

Les derniers jours entrent dans le vif du sujet : le volcan napolitain. Il ne s’agit pas là du Vésuve, mais des quartiers populaires et historiques de la ville trois fois millénaire. Naples, haut-lieu de la culture européenne, se joue de la force virtuelle du volcan, et continue de mêler la misère et la pauvreté des quartiers populaires à l’opulence et le faste de son décor baroque. Cette immersion napolitaine qui prend souvent des allures de bain de foule. Mais Naples offre toujours des jardins secrets (cloîtres insoupçonnés, parcs arborés, belvédères retranchés) pour se ressourcer.
Des vestiges encore debout de l’antiquité aux fastes toujours brillants de la Naples baroque, le visiteur se laisse emporter dans un tourbillon de sensations, odeurs et couleurs dont il ne sortira pas indemne.